La psychothérapie analytique

La psychothérapie dite analytique a une indication plus large que la cure analytique. Elle permet d’apporter une aide particulière sur certains conflits. Basée sur l’interprétation verbale proposée par le patient, elle vise à l’explicitation des conduites et des affects avec pour but, la disparition des conflits. Le psychothérapeute abandonne sa neutralité pour se substituer à une image parentale bienveillante et structurante. La cure, moins longue qu’en analyse, se termine quand le patient a acquis une meilleure maîtrise de lui-même. Historique Il suffit de relire Freud pour se remémorer sa définition de la psychanalyse : « une méthode de traitement des désordres névrotiques ». Son but étant, non pas la guérison du symptôme, mais d’en dénouer l’énigme. Dès lors, il n’est pas possible de comparer la psychanalyse à une psychothérapie, dont la définition repose sur la résolution des problèmes comportementaux et psychologiques...

Suite

La psychothérapie analytique ou psychanalyse d’enfant

La psychothérapie analytique et la psychanalyse de l’enfant répondent aux mêmes définitions et remplissent les mêmes objectifs que la psychothérapie analytique et la psychanalyse de l’adulte. S’adressant à des enfants, ces deux approches thérapeutiques ont toutefois dû développer un mode opératoire différent, puisque l’enfant parle souvent moins que les adultes, voire pas du tout dans certaines pathologies. L’enfant bouge, s’immobilise, joue. Il se manifeste avant tout à travers ces différents modes expressifs. En consultation, le psychanalyste va donc inciter l’enfant à s’exprimer dans le respect de ses modes expressifs, en mettant à sa disposition : des jouets, de la pâte à modeler, des feutres et du papier. Les manifestations et les productions de l’enfant sont « parlantes », signifiantes. Elles mettent en scène ce qui préoccupe l’enfant psychiquement. Elles doivent en conséquence être considérées comme un « discours »...

Suite